Détails de l'évènement

  • Le 06/03/2018 de 20h30 à 22h30
  • Adresse: Palais de la mutualité 1 place Antonin Jutard 69003 Lyon

<<<<<< Payant, Sur réservation >>>>>>

Pour les étudiants, le prix est de 5€

  • C’est probablement un des mérites du psychodrame d’avoir contribué à réintroduire la notion du corps. Nous ne saurions travailler sans de constantes et réciproques liaisons entre les zones érogènes, leur unification sous le contrôle du Moi, les affects qui les animent et qu’elles engendrent et les relations qu’elles ont avec le monde des objets internes et externes. C’est la circulation de l’énergie de l’affect partagé entre le patient et les thérapeutes, qui facilite les nouvelles liaisons entre le corps et le langage.

  • La possibilité de toucher au corps du patient, de le mimer, d’en parler, loin de provoquer une blessure narcissique, permet de le réinvestir avec une modification qualitative de l’investissement mis en jeu. Mais cette érotisation doit être judicieusement dosée, restant gratifiante pour le narcissisme et frustrante sur le plan pulsionnel.

  • Pour comparer les thérapies corporelles et le psychodrame, je propose d’examiner leurs différences et leurs similitudes à partir de cinq concepts : la tiercéité, le pare-excitation, la réflexivité, le clivage et enfin le transfert.

Pour plus d'information, cliquez sur le site