Détails de l'évènement

  • Le 23/06/2017 de 19h00 à 21h30
  • Adresse: Place Saint-Christoly, Athénée Père Joseph Wresinki, 33000 Bordeaux

>>>>> Entrée libre et gratuite <<<<<

 

On doit aujourd’hui faire face à la fois à une augmentation du besoin d’organes à transplanter et à une pénurie de don d’organes, cela pour diverses raisons qui donnent naissance à une réflexion éthique menées par les médecins, les juristes et les philosophes.

Et pour cause, le médecin occupe une place importante dans le processus de décision du don ou du prélèvement d’organes, ce qui amène à se poser différentes questions : « A partir de quand peut-il considérer que la personne est décédée ? Doit-il ranimer un individu ou choisir d’en sauver un autre ? ». Quant aux juristes, les interrogations se portent sur l’encadrement par la loi du consentement, du don et du prélèvement d’organes.

 

 

POINT DE VUE DU MÉDECIN

Don d’organe : de l’efficience à la bientraitance

Dr Julien Rogier, médecin coordonnateur des prélèvements d’organes et de tissus, CHU de Bordeaux

Dr Olivier Guisser, médecin, service de réanimation médicale, CHU de Bordeaux

 

POINT DE VUE DU JURISTE

Don, prélèvement, consentement, les mots du droit

Marie Lamarche, maître de conférence HDR en droit privé, faculté de droit, Université de Bordeaux

 

POINT DE VUE DU PHILOSOPHE

Solidaire-autonome, tension autour du don d’organe

Marie Gomes, agrégée et docteur en philosophie, chargée de cours à l’Université de Bordeaux Montaigne

 

Pour plus d'infos, cliquez ici

 

Programme