Le ou les métier(s) de psychologue (clinicien) (de la Santé)

  

Quelle différence y-a t'il entre un psychologue, un psychologue clinicien, un psychologue de la santé, un psychologue clinicien de la santé, un psychologue de la santé publique...etc. ? Même pour un étudiant en psychologie "averti", le risque de se perdre dans toutes ces dénominations est grand.

 

"Le psychologue ?"... Les gens vous répondront  : "psychologue, c'est un adjectif !", "Mais tout le monde est psychologue", "Ce sont les nouveaux curés", "ils sont là pour épouser la misère du monde", "on les voit dans les cellules d'aide psychologique lors de situations de crise"...ou "le psychologue c'est pour les fous"... Les stéréotypes ont la vie dure.

 

A propos du psychologue clinicien, on est là dans une profession spécifique : ce qui fait consensus, c'est que sa mission principale est de "soulager (voire prévenir) la souffrance psychique".

 

Un psychologue (clinicien) de la santé pourrait se définir comme étant un psychologue (clinicien) spécialisé dans la psychologie de la santé et qui a donc suivi une formation (généralement en Master2) en psychologie de la santé. On peut aussi trouver des psychologues cliniciens (issus des filières "clinique/psychopatho" ou "clinique psychanalytique", voire "développement") qui exercent dans le domaine de la santé. Nous n'entrerons pas ici dans un débat entre "psychologie clinique" et "psychologie de la santé" et vous renvoyons vers l'article "Un grand écart pour le patient" (voir Compléments/Renvois).

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

Alors en quoi le métier de psychologue (clinicien) de la santé diffère t'il de celui d'un psychologue clinicien ? Qu'est-ce qui fait sa spécificité ? Quels sont ses outils et ses méthodes ? Où exerce t'il et quel est son statut ? C'est ce à quoi à nous allons tenter d'apporter quelques réponses.

 

 

         Spécificités du psychologue (clinicien) de la santé :

  • Intervenir dans le champ sanitaire et médico-(psycho)social
  • travailler auprès des malades (qui souffrent généralement de maladies chroniques) et éventuellement effectuer un bilan psychologique du malade
  • améliorer la prise en charge des malades et des populations à risque en prévention
  • promouvoir des comportements sains
  • travailler au sein d'équipes pluri-professionnelles (équipes médicales, équipes pluridisciplinaires, équipes de chercheurs...) même si l'exercice en libéral est tout à fait possible mais c'est rarement le cas en tout début de carrière.
  • ...

 

 

         Outils et méthodes du psychologue (clinicien) de la santé :

  • L'entretien clinique
  • Les groupes de parole
  • La relaxation et l'hypnose
  • Les TCC et l'Éducation thérapeutique du patient ; la gestion du stress et de la douleur
  • Outils d'évaluation et échelles de mesure diverses spécifiques à la psychologie de la santé...
  • Méthodes de recherches et recherches-action...
  • ...

           Chaque psychologue (clinicien) de la santé a une pratique singulière et peut décider d'utiliser (ou ne pas utiliser) telle ou telle méthode. 

 

 

 

         Lieux d'exercice :

  • milieu hospitalier (hôpitaux, cliniques...) au sein de services d'oncologie/soins palliatifs, de cardiologie, d'addictologie, de diabétologie, de gérontologie (ou d'USLD...), de maladies infectieuses, de SSR, d'instituts de réadaptation et de prise en charge du handicap physique... auprès des patients, de leurs famille et/ou du personnel soignant ;
  • organismes et associations d'aide aux malades (diabète, cancer, SIDA, addictologie, etc.) afin d'assurer le suivi psychologique des malades et de leurs proches ;
  • au sein d'EHPAD (maisons de retraite) publics ou privés auprès des personnes âgées et du personnel soignant ;
  • milieu sportif auprès d'athlètes blessés suivant une rééducation, auprès de sportifs en surentrainement ou en Burn-out ; Également pour des préparations mentales et du coaching... ;
  • organismes de recherche et de prévention, les associations... ;
  • entreprises privées au sein d'un service de médecine du travail,... ;
  • domaine de l'enseignement, de la formation, du conseil....
  • domaine de la santé publique ;
  • dans le cadre d'une activité libérale, en tant que psychologue de la santé voire même psychosociologue... ;
  • etc... car les lieux de travail sont nombreux, variés et non exhaustifs.

       

 

        Son statut peut varier :

  • praticien libéral,
  • cadre salarié,
  • cadre de la fonction publique.
  • bénévole (en complément d'une activité professionnelle...)

 

 

Quelques particularités

 

La recherche (clinique) en psychologie de la santé

 

      

La psychologie de la santé est une discipline foisonnante et fait l'objet de nombreuses recherches au sein de laboratoires scientifiques publics ou privés. Des chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants,... qui sont psychologues de la santé (certains diront eux-mêmes qu'ils sont enseignants-chercheurs et pas psychologue puisque non praticien), mènent des recherches sur des thèmes tels que la prévention et la promotion de la santé, les processus d'adaptation et de santé, l'évaluation des prises en charge thérapeutiques, les problématiques du stress, la construction et la validation d'outils psychométriques, etc.

 

A noter qu'un psychologue clinicien de la santé peut, à un moment de sa carrière, se lancer lui aussi dans une activité de recherche (voir "S'inscrire en psychologie de la santé")

 

 

 

Le métier de psychologue de la santé publique

 

 

 

L'Université Bordeaux Segalen forme principalement des psychologues (cliniciens) de la santé destinés à exercer aux sein des structures que nous avons cité plus haut, tout en dispensant des enseignements sur les méthodes de recherche-action permettant au psychologue de mettre en oeuvre des actions de prévention, de soins, etc. Dans cette deuxième perspective, nous nous approchons de ce que l'on appelle la psychologie de la santé publique et du métier de psychologue de la santé publique qui en découle. La Santé publique intègre des notions de prévention, de promotion de la santé, de politique de santé, d'organisation de système de santé, de surveillance de l'état de santé des populations, etc.

 

L'IPSED (l'Institut de Santé Publique, d'Épidémiologie et de Développement), qui est un Institut dépendant de l'Université Bordeaux Segalen, propose des formations spécifiques en Santé publique (D.U., Master...) et qui peuvent intéresser les étudiants en psychologie de la santé qui souhaiteraient approfondir leurs  connaissances du domaine de la Santé publique. L'Université Bordeaux Segalen dispense également un Master2 Pro Psychogérontologie et Santé publique.

 

 

 

Évolutions récentes

 

  

 

Le développement de nouvelles structures organisationnelles comme les Équipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP) et l'HAD (l'hospitalisation à domicile) ont amené le psychologue clinicien de la santé à sortir hors les murs de l'hôpital pour prendre en charge des patients (et leurs familles) à leur domicile.

 

On commence également à voir une spécialisation de la prise en charge avec les métiers de psycho-gérontologue ou de Psycho-oncologue. De nombreux D.U. (Diplômes d'Université) ont été créés pour accueillir et former les étudiants et les psychologues en formation continue. Cela devient une nécessité de se former "tout au long de la vie" car les savoirs, principalement médicaux et psychologiques, évoluent très vite.

 

Nous pouvons imaginer que certains pensent que ces évolutions récentes (et à venir) ont (et auront) une incidence sur la psychologie de la santé alors que d'autres sont dans la position qui consiste à voir ces évolutions comme étant en dehors du champ de la discipline.

 

 

 

Pour résumer la pratique du psychologue de la santé et à fin de simplification, nous admettrons qu'il peut tout aussi bien être :

  • un psychologue clinicien de la santé si son activité se déroule auprès de malades et de leur entourage, d'équipes soignantes, ou toute autre activité "clinique" au sens large du terme qui a trait au domaine de la santé ;
  • il peut travailler en tant que psychologue de la santé publique ou (Enseignant-)chercheur au sein de différents organismes ;
  • il peut aussi cumuler une activité de clinicien et de recherche ;
  • rien ne l'empêche d'exercer une autre profession en tant que chef de projet ou chargé(e) de mission en santé, formateur, consultant, dans les champs de l'enseignement, de la formation, du conseil, de la santé (publique), etc.

Comme pour tout métier actuel, le psychologue (clinicien) de la santé devra tout au long de sa carrière, mettre à jour ses connaissances, via des D.U. (Diplômes d'Université), des formations professionnelles et de l'autoformation.

 

 

 

Compléments :

 

 

   

Voir nos interviews de psychologues (cliniciens) de la santé en milieu hospitalier (diplômés de Bordeaux Segalen et en exercice depuis quelques années), dans la partie privée du site.

 

 

 

  

Voir Fiche Métier Psychologue sur le site de l'ONISEP et une vidéo à propos du métier de Psychologue-clinicien en milieu hospitalier (au sein d'un service de gastro-entérologie pour la prise en charge des dépendances)  

 

 

 

"Métier : Psychologue" ou "Métiers de la psychologie", Atelier du congrès de 2005 de la SFP

 

 

Renvois

1 La psychologie de la santé et la clinique in Le Journal des psychologues N°260 accessible sur Cairn (accès en haut à droite "accès hors campus", indiquez Bordeaux 2, entrez vos identifiants de l'ENT, revenez en arrière sur la page, cliquez en haut sur l'onglet numéro pour accéder au sommaire complet, naviguez au sein des articles en html ou pdf)

 

 

 

 

 

 

Quelques repères juridiques sur le métier de psychologue (de la santé)

 

La profession de psychologue est régie par la loi du 25 juillet 1985 protégeant le titre de psychologue et un code de déontologie des psychologues (22 mars 1996 révisé en février 2012) qui s'applique également aux étudiants lors de leur stage et/ou de leur recherche.

  • Décrets d'applications de la loi du 25 juillet 1985

- Décret du 22 mars 1991, modifié depuis, dresse la liste des diplômes nécessaires
- Décret du 31 janvier 1991, précise la fonction des psychologues
- Décret du 20 mars 1991, reconnaissance du diplôme des conseillers d'orientation- psychologues
- Décret du 28 août 1992, précise le statut du psychologue de la fonction publique.

 

 

 

Commission Nationale Consultative Des Psychologues

Site de la CNCDP

 

 

 

Un code de conduite des chercheurs dans les sciences du comportement a vu le jour (Déontologie et Ethique de la Recherche en Psychologie).

 

 

 

Répertoire ADELI : il existe une obligation d’inscription, pour tous les psychologues, sur les listes départementales des personnes autorisées à faire usage du titre de psychologue, quels que soient leur statut (fonctionnaire, salarié, libéral) ou le secteur d'exercice (santé, éducation, travail, justice, territoriale, police, armée,…).

 

 

 

Code de la Santé Publique

 

 

 

Rôle et statut du Psychologue de la FPH (fonction publique hospitalière) :

 

La rôle du psychologue dans la fonction publique hospitalière a été décrit par le décret du 31 janvier 1991 qui lui reconnaît un statut particulier :

 

" Il étudie et traite au travers d’une démarche professionnelle propre, les rapports réciproques entre la vie psychique et les comportements individuels et collectifs afin de promouvoir l’autonomie et le développement de la personne ". Il conçoit les méthodes et met en oeuvre les moyens techniques correspondant à la qualification issue de la formation qu’il a reçue. Il entreprend, suscite ou participe à des travaux de recherche et de formation.

 

 

L'installation comme fonctionnaire

 

 

 

Le psychologue hospitalier

 

 

 

Le psychologue est-il un paramédical ?

La réponse est Non ! Le psychologue n'est pas un paramédical même si parfois on a tendance à vouloir l'assimiler comme tel (notamment certains médecins). Le psychologue est un cadre supérieur (Catégorie A) totalement autonome dans sa façon de travailler et son chef direct est le directeur de l'établissement, il n'a à en référer qu'à lui. Il n'est en aucun cas subordonné à un médecin (à l'inverse des paramédicaux). Il est libre du choix de sa pratique et des objectifs du travail entrepris. Le psychologue peut travailler en collaboration avec le médecin, mais cette collaboration se fait à double sens. Médecin et psychologue ont le même objectif, le mieux être du patient. L'un n'est pas "supérieur" à l'autre, mais tous deux sont dépositaires d'un savoir différent et complémentaire.

 

 

 

Le psychologue à l'hôpital : l'interprétation des tribunaux

 

 

 

 Titre de psychothérapeute : appel commun

 

La SFP et ses 5 partenaires
- ont lancé une PETITION visant à l’abrogation des dispositions inadmissibles du décret : il n’est pas trop tard pour la signer ! rendez-vous sur ce site Internet

 publient un APPEL COMMUN que vous pouvez lire sur cette page
- engagent un recours en Conseil d’État et une SOUSCRIPTION commune au 6 organisations pour rassembler les fonds nécessaires.

Consultez ici l’appel à souscription commun.

 

 

 

Titre de psychothérapeute acquis pour les psychologues

 

Après un long combat pour faire reconnaître que les psychologues disposaient de solides connaissances en psychopathologie et n'avaient donc pas à suivre une formation complémentaire pour détenir le titre de psychothérapeute, une dispense totale de formation en psychopathologie pour les titulaires du titre de psychologue et un accès de plein droit au titre de psychothérapeute a été adopté par le décret N° 2012-695 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 2010-534 du 20 mai 2010 relatif à l’usage du titre de psychothérapeute.

 

Les psychologues (comme les psychiatres) pourront désormais obtenir le titre de psychothérapeute sans aucune formation ni stage complémentaire, sous réserve d’avoir accompli 500 heures de stage supervisées au cours de leur formation initiale.

 

L'inscription au registre national des psychothérapeutes se fera, comme pour le titre de psychologue, auprès de l'Agence Régionale de Santé (ARS), et non pas auprès du préfet du département comme prévu dans l'ancien décret.

 

 

 

Auteur de l'article : Christophe COUSI



Les réactions

  1. Avatar
    OksanaPen

    dna co to jest jaka dieta na dne moczanowa http://seeknet.pl/ podagra przyczyny przyczyny dny moczanowej

  2. Avatar
    ntahimpera godefroid

    très intéressante

Laisser un message

CAPTCHA